Réaction du PTB-Saint-Nicolas à la Déclaration de politique générale communale

Réaction du PTB-Saint-Nicolas à la Déclaration de politique communale

Lundi 4 février, le Collège communal de Saint-Nicolas présentait sa Déclaration de politique générale. Découvrez ci-dessous l'intervention de la cheffe de groupe PTB au conseil communal, Rosa Terranova.

Chers collègues, cher citoyens, le groupe PTB ne soutiendra pas la politique générale de la majorité.

Après lecture de celle-ci, nous constatons que certes il y a des avancées : l'augmentation de l'accueil extra-scolaire, une volonté d'enfin augmenter la démocratie avec des consultations et des rencontres citoyennes au regard de problématiques locales. Mais fondamentalement, nous ne voyons pas dans votre déclaration des mesures qui vont enfin rencontrer les attentes prioritaires des saint-niclausiens ou si celles-ci sont nommées, elles restent floues et très peu concrètes quant à leurs réalisations .

En janvier 2018, quand nous avons été au contact de la population pour demander l'avis des citoyens de la commune sur ce qu'ils trouvaient important, trois priorités sont ressorties. Les Saint-niclosiens demandaient:

1. qu'on arrête de faire payer des taxes injustes à la population et que la taxe déchets revienne à son montant d'avant 2014 (moins 10€),

2. que les autorités communales prennent en main la lutte contre la pauvreté sur la commune

3. que les autorités communales développent plus de logements publics, sociaux, de qualité et à prix abordables.

 

En matière de pauvreté, la situation sur notre commune s'aggrave d'année en année. Ainsi alors qu'en 2015, 373 personnes ont bénéficié du RIS, nous en sommes à 700 en 2018 soit une augmentation de 64% en 4 ans. Si l'on regarde la législature complète, c'est une augmentation de 90% en 6 ans! Et pourtant, le mot pauvreté ne se retrouve pas une seule fois dans votre déclaration!

La pauvreté n'est pas une fatalité, elle est le résultat de mesures politiques prises aux différents niveaux de pouvoir. Comme la tristement fameuse chasse aux chômeurs votée par votre parti lors du précédent gouvernement fédéral. Et l'approfondissement de ces attaques par le gouvernement fédéral actuel.

Un deuxième mot complètement absent de votre Déclaration de politique générale, c'est le logement, et en particulier le logement public et social. La seule chose que vous mentionnez c'est un projet de lotissement résidentiel… Ce projet, dont on ne sait pas grand-chose, bénéficiera qu'à une partie de la population de la commune. Mais qu'allez-vous faire pour tous les citoyens qui attendent des logements publics, sociaux, de qualité et à prix abordables ? Comment comptez-vous répondre à la demande criante de logements sociaux ? Comment comptez-vous vous attaquer aux logements vides et à l'état du logement sur la commune ? Nous ne voyons pas dans votre déclaration des mesures qui soient à la hauteur des besoins des habitants.

 

Enfin, en matière de finances. Vous parlez de la crise financière et économique qui a marqué notre quotidien. Et vous êtes fiers des efforts fournis pour être maintenant en boni. Ce que vous oubliez de dire, c'est que ces efforts ont été fournis une fois encore par les travailleurs et les travailleuses de la commune par une augmentation de taxe : la taxe déchets a augmenté de 10 euro ces 6 dernières années, vous avez mis l'IPP à son taux maximum, alors que Saint Nicolas est la commune la plus pauvre de la province de Liège.

À quoi cela sert-il d'être en boni, si c'est pour appauvrir encore plus les citoyens en leur faisant porter le poids de cette crise ? Alors que de l'autre côté, rien n'a été fait pour chercher à faire contribuer les épaules les plus large. Pourtant d'autres communes nous montrent qu'il existe des possibilités. La commune d'Oupeye a un taux d’imposition de la taxe sur la force motrice de 26,5 euros par kilowatt, au lieu de 22,31 € par kilowatt à Saint-Nicolas. D'autres communes, on une taxe sur l'exploitation des parking affectés aux grandes enseignes commerciales. Mais non, votre majorité a fait le choix et continue dans la voie de faire porter le poids de la crise sur les simples citoyens. Et ça, comme parti de gauche nous ne pouvons l'approuver.

 

Ce dont notre commune a besoin, c'est d'un plan avec des mesures ambitieuses qui vont prendre en mains les problèmes de ses habitants : les taxes injustes, le logement public et social et la lutte contre la pauvreté. Une commune qui fait barrage à la crise et qui protège ses citoyens des conséquences d'une crise dont ils ne sont pas responsables.

Votre plan ne parle pas de ces priorités, voilà pourquoi avec mon groupe, nous voterons contre votre déclaration.

Merci.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?